Application mobile: LES APPS FACE À LA PÉNURIE DE DEVELOPPEURS

Avec un besoin en applications d’ici 2025 estimé à plus de 500 millions***, la question des ressources et des compétences à mobiliser pour les créer et les développer est légitime à poser. L’autre question à poser est de savoir si nous avons besoin de nouvelles applis ?

Pas un jour ne passe sans qu’un article ne soit publié sur les « 10 applis qui vont changer votre vie » ou le « Top 3 des applis santé » ou encore les « 40 chiffres clés sur les usages des applis ». Preuve que l’appli, application ou applicatif selon les usages, est aujourd’hui indispensable dans notre vie d’utilisateur. Ce programme informatique conçu pour répondre à un ou plusieurs besoins précis, et que l’on retrouve sur nos smartphones, tablettes ou ordinateurs n’a de cesse de croître et de se multiplier. La « App économie » regroupe plus de 8 800 entreprises actives, avec un chiffre d’affaires de 22, 6 milliards d’euros*.

Dopés par le confinement, presque tous les domaines d’activité sont concernés. L’Arcep rappelle dans le Baromètre du numérique 2021, qu’avec la mise en place à la fois du télétravail et de l’école à la maison, ce sont maintenant 84% des personnes âgées de douze ans et plus qui possèdent un smartphone. 73% des répondants avouent l’utiliser tous les jours.

Les 3,1 heures passées quotidiennement sur nos mobiles, soit 89 % du temps passé sur un smartphone**, révèlent que les usages sont grandissants et comme il y a une appli pour tout, pour paraphraser le célèbre slogan de la marque à la pomme, les apps seront encore plus nombreuses dans les années à venir.

Avec un besoin en applications d’ici 2025 estimé à plus de 500 millions***, la question des ressources et des compétences à mobiliser pour les créer et les développer est légitime à poser. L’autre question à poser est de savoir si nous avons besoin de nouvelles applis ?

Répondons d’abord à la seconde question. Oui, car la question n’est pas de savoir si l’utilisateur a besoin de nouvelles apps mais de proposer le bon produit ou le bon service et d’être le premier à le mettre sur le marché. C’est une question d’ordre stratégique pour l’entreprise. Leon C. Megginson disait, « Les espèces qui survivent ne sont pas les espèces les plus fortes, ni les plus intelligentes, mais celles qui s’adaptent le mieux aux changements. » Et en période de crise, une app peut faire la différence et aider l’entreprise à rebondir et à se transformer. Que ce soit pour prendre des rendez-vous ou faire ses courses en ligne ou fidéliser des clients, les questions à se poser après avoir défini sa stratégie mobile sont : Quelles sont les solutions et les technologies pour créer des apps vite et bien ? Avec qui et comment ?

Bienvenue dans l’ère de l’application mobile !

Le maître absolu et reconnu des applis est le développeur. Il est celui qui connaît les technologies et les réponses pertinentes à nombre de comportements attendus. Ils sont tellement qualifiés que tous sont presque en CDI. Cependant, d’autres padawans sont sur le marché. Ils sortent des écoles ou se sont formés tout seuls mais ils ont moins d’expériences que les « maîtres ». Cela est révélateur d’un marché en tension, qui est face à une pénurie de compétences. Les technologies et les langages évoluent plus vite qu’il ne faut de temps pour former les développeurs à ces solutions.

De ce contexte en découle un autre. Face à cette pénurie de compétences, l’entreprise devient moins agile dans le développement des applis, prend du retard et donne la part belle aux entreprises agiles, celles qui mobilisent ressources humaines et matérielles avec rapidité et expertise.

Avec demande de plus en plus pressante, les développeurs ont besoin d’être soutenus. D’autres plateformes voient le jour pour les aider à créer des applications, les modifier ou les faire évoluer. Et c’est ainsi que l’on retrouve deux solutions efficientes et pertinentes, le « No-Code » et le « Low-Code ».

Une plateforme No-Code « permet à des utilisateurs avec ou sans connaissance de programmation de créer des applications via une interface graphique intuitive et un ensemble de paramétrages en lieu et place d’une programmation informatique traditionnelle* ». Quant à la plateforme «  Low-Code » propose une adaptation avec la possibilité d’ajouter du code même simplifié et en faible quantité, le script*.

Ce sont deux solutions complémentaires vertueuses et pertinentes.

Vertueuses car ces plateformes, très visuelles, permettent d’élargir les compétences en interne et de faire grandir les collaborateurs qui le souhaitent (peu, ou pas, de connaissances en code n’est pas bloquant, mais un encadrement IT pourra être nécessaire). Pertinentes car elles développent les opportunités business et accélèrent la mise sur le marché.

Les agences de communication pourront y voir une nouvelle source de revenus qui pourrait être internalisée. Les PME, commerces de proximité, ou les établissements médicaux indépendants pourront développer leur propre appli selon leurs besoins et contraintes : prise de rendez-vous, services aux utilisateurs, achat en ligne, fidélisation du client…

Accélérer la montée en compétences des collaborateurs, avec des projets extrêmement porteurs et créateurs de valeur, permettra à votre entreprise de ne plus être freiné dans son développement et sa croissance. Se renforcer sur son marché, multiplier les opportunités de faire des affaires, c’est aussi donner les moyens à son entreprise d’accélérer sa transformation et de maitriser son « agilité ». Selon Gartner***, en 2024, 60 % des apps développés en entreprise seront des applis « No-Code ».

Avec la pandémie, et la crise qui l’a accompagnée, le « Low-Code » et le « No-Code » ont su s’imposer. Il restera cependant des problématiques de développement tout ce qu’il y a de plus classique, comme la sécurisation des données, l’interopérabilité ou la scalabilité, mais ces deux plateformes visuelles restent des solutions qui existent même si ce n’est pas des solutions miracles.

Une chose est sûre. Massification ou démocratisation du digital, créer une app est maintenant à la portée de tous.

[1] https://www2.deloitte.com/fr/fr/pages/fusions-acquisitions/articles/contribution-applications-mobiles-a-economie-francaise.html

[2] https://www.francenum.gouv.fr/comprendre-le-numerique/usages-mobiles-en-france-en-2019-11-chiffres-cles-pour-accelerer-la

[1] Livre Blanc : Les plateformes No-Code Low-Code au service des Apps mobiles, B. Doucende

#LES #APPS #FACE #PÉNURIE #DEVELOPPEURS