WordPress: Installer WordPress avec Local (ex Local by Flywheel) • Formation WordPress Capitaine WP

WordPress: Installer WordPress avec Local (ex Local by Flywheel) • Formation WordPress Capitaine WP

Vous avez déjà installé des sites en local et c’était la galère ? Oubliez tous vos soucis grâce à Local. Dans ce cours on va installer le logiciel et notre premier site sans aucun effort !

LocalWP vs DevKinsta

Quand j’ai écris ce cours la première fois, Local était le seul logiciel permettant d’installer (si on exclut Mamp et Wamp). Mais depuis janvier 2020, L’hébergeur Kinsta a lancé un produit concurrent : DevKinsta !

Les fonctionnalités des deux logiciels sont équivalentes, et les deux sont gratuits. À vous de choisir l’application que vous préférez, donc. Testez, et faites-vous votre avis.

Pour en savoir plus sur DevKinsta, consultez mon test dans le blog Capitaine WP :

Test de DevKinsta

Conseil

Si l’installation de Local échoue, essayez DevKinsta. Les deux logiciels ne sont pas conçus de la même manière, donc si l’un n’est pas compatible avec votre configuration, il se pourrait que l’autre le soit !

Quels sont les avantages de Local ?

Commençons tout d’abord par vanter les mérites de Local. Vous verrez que je ne manque pas d’éloges à propos de ce logiciel mais vous allez vite comprendre que c’est justifié ! Voici mes 7 arguments principaux :

1. Une ergonomie minimaliste

J’adore ! C’est simple, c’est beau, c’est moderne et c’est efficace. Finis les menus à rallonge et les options dans tous les sens comme sur MAMP et compagnie. Ici c’est épuré, il n’y a que l’essentiel, et ça marche !

A gauche : mes sites, à droite, les informations du site en cours avec un bouton d’accès au site et à l’admin.

L'interface de Local
L’interface de Local

2. L’installation en 3 clics

Vous vous rappelez de l’époque où il fallait télécharger depuis .org, puis dézipper l’archive, la mettre dans un dossier, créer une entrée sur MAMP, créer la base, lancer l’installation ?

On oublie tout cela. L’installation en (presque) un clic simplifie grandement la vie ! Il suffit de mettre le nom du site, éventuellement choisir quelques paramètres et hop, le tour est joué.

On va voir cette procédure en détails un peu après.

3. Templates de sites « Blueprints »

Même si l’installation est rapide, Local vous permet d’aller encore plus loin : enregistrer un site installé en modèle, pour le réutiliser la prochaine fois.

Comprenez bien : installez un premier site, installez les extensions incontournables, le thème, créez les premières pages habituelles (contact, accueil, blog, mentions légales…), faites vos configurations, et ensuite enregistrez l’état de votre site en tant que modèle.

La prochaine fois repartez de cette exacte configuration. Vous allez gagner jusqu’à une heure environ à chaque lancement de projet. Ayant fait plus de 100 sites quand j’avais mon agence, je vous avoue que j’aurais bien aimé avoir cet outil à l’époque !

4. SSL + E-mails en local

Local peut émettre un certificat SSL local. Comme ça vous pouvez travailler dans des conditions réelles en HTTPS. Il est également possible de simuler un serveur de mail local qui vous permettra de recevoir les e-mails du système. N’est-ce pas parfait ? Patience, je vous détaille tout cela dans un instant.

5. Environnement cloisonné pour chaque site

Contrairement aux autres plateformes, et grâce à Docker qui tourne sous le capot, chacun de vos sites pourra avoir une configuration différente : Votre site A peut tourner en PHP 5.6 alors que le site B sera en PHP 7. Cela permet se caler au plus proche de la configuration réelle de vos hébergements.

6. Performances au rendez-vous

Local marche bien, et il est rapide ! Aucun ralentissement, les pages se chargent vite, bref, ça fonctionne à merveille ! Et en termes de consommation de mémoire il reste très correct. Du fait que chaque site est cloisonné, vous n’êtes pas obligé de tous les lancer. Cela permet de rester économe sur la RAM.

7. Plus fiable que ses concurrents

Local, il marche d’enfer. Quelques fois j’ai eu la machine virtuelle qui a sauté, mais d’un clic elle se relance et tout rentre dans l’ordre. Je n’ai jamais rencontré de perte de données ou de bugs vraiment bloquants.

C’est l’une des choses les plus frustrantes du côté MAMP, WAMP… Il suffit de voir le nombre d’articles et de demandes d’aide sur les forums. Pas une fois j’ai pu finir une formation sans que quelqu’un rencontre un problème à un moment donné et fasse perdre un temps précieux au groupe.


Local a encore bien d’autres tours dans son sac. Pour connaitre la liste de toutes les fonctionnalités, consultez son site officiel :

Le saviez-vous ?

On l’appelle aujourd’hui Local, mais vous pourriez voir le nom « Local By Flywheel ». C’est bien le même logiciel. Le nom a changé depuis que Flywheel a été racheté par WPEngine.

Installer Local

Allez c’est parti, vous allez voir, rien de plus simple ! Ce cours en est presque inutile tellement l’opération va être facile !

Rendez-vous sur le site officiel et téléchargez Local. Si vous préférez MAMP alors rendez-vous directement dans le prochain cours.

Télécharger Local

Le site vous demandera votre système d’exploitation, Windows ou Mac ainsi  que quelques informations personnelles, mais ne vous inquiétez pas, il ne vous spammeront pas pour autant.

Télécharger Local sur le site officiel
Choisissez votre système et indiquez votre nom et e-mail

Le programme d’installation pèse environ 230Mo. J’espère que vous avez la fibre ou au moins une bonne ADSL !

L’installation est ensuite tout ce qu’il y a de plus classique. Une fois le logiciel installé, lancez-le et on va pouvoir ajouter notre premier site !

Installer un site avec Local

Rien de plus simple. Commencez par cliquer sur le bouton + en bas à gauche.

Étape 1 : nom du site

Indiquez le nom du site :

Installation d'un site WordPress avec Local, première étape
Première étape : choix du nom du site

Si vous êtes curieux affichez les options avancées. Vous pouvez :

  • Mettre un nom de domaine différent ;
  • Choisir l’emplacement du site sur votre disque ;
  • Utiliser un modèle (j’y reviens dans un moment).

Le saviez-vous ?

Local crée vos sites en utilisant le nom de domaine factice « .local ». Il utilisait auparavant .dev mais cette extension existe désormais sur Internet et est gérée par Google.

Concernant l’emplacement du site, il vous est possible de définir un dossier par défaut dans les préférences du logiciel. Personnellement je les range tous dans le dossier /sites/ du Mac.

Attention

Lorsque vous choisissez manuellement un emplacement, il faut préalablement créer le dossier qui accueillera les fichiers du site car Local ne le fait pas : il installe les fichiers dans le dossier indiqué. Heureusement, il vous indique lorsque ce dossier cible n’est pas vide pour limiter tout risque d’erreur ou d’écrasement.

Étape 2 : Choix de l’environnement

La plupart du temps, laissez sur Preferred et continuez ! Local choisira une version récente de PHP et MySQL.

Choix de l'environnement. Pour aller plus vite, laissez « Preferred »
Choix de l’environnement. Pour aller plus vite, laissez « Preferred »

Si vous voulez choisir votre propre environnement, cliquez sur Custom. Vous allez pouvoir choisir la version de PHP et de MySQL.

Pourquoi choisir un environnement personnalisé ? Le but serait d’avoir exactement la même version des technologiques que sur votre serveur d’hébergement. Mais en réalité, n’est pas très contraignant, et même si vous avez des versions différentes, ça fonctionnera tout de même (en général).

Étape 3 : identifiants

Dernière étape, il suffit maintenant d’indiquer un nom d’utilisateur, un mot de passe et un e-mail.

Troisième étape de l'installation : indiquer un identifiant et un mot de passe (de préférence unique)
Indiquez un nom d’utilisateur, un mot de passe et un e-mail

Dans les options avancées vous trouverez une option pour initialiser le multisite.

Allez on valide et le tour est joué ! Votre système vous demandera votre mot de passe car le logiciel a besoin de faire des modifications bas niveau.

Le site est ensuite installé et tourne dans son environnement :

Local : Le site est maintenant installé et tourne dans son environnement virtuel
Le site est maintenant installé et tourne dans son environnement

Quelques astuces

Comme si ce n’était pas déjà assez génial comme ça, voici quelques fonctionnalités bien pratiques qui vont vous faire adorer le développement local :

Modifier les réglages par défaut

Pour aller encore plus vite lors de la création d’un site, vous pouvez prédéfinir certains paramètres comme l’environnement, l’e-mail de l’admin, le domaine .local et le chemin. Rendez-vous dans Préférences :

Les réglages par défaut de Local
Les réglages par défaut de Local

Vous ne pouvez pas définir de mot de passe par défaut, car pour des raisons de sécurité, chaque site devrait en avoir un différent.

Aparté : Mettez vos mots de passe en sécurité

Outre le fait de mettre un mot de passe différent pour chaque site, je vous conseille de les générer aléatoirement et les stocker dans un logiciel sécurisé comme Dashlane ou 1Password. Vous allez avoir énormément de mots de passe et données sensibles à gérer, il est donc nécessaire de les stocker dans un coffre fort chiffré et pas dans un fichier texte tout simple.

Les Blueprints : enregistrez vos configurations de site

Pour aller encore plus vite à l’avenir, vous allez pouvoir créer un site type, un « Blueprint » qui pourra servir de base à tous vos prochains sites. Pour cela :

  1. Créez un site que vous appellerez par exemple « modèle » ;
  2. Configurez les paramètres de (par exemple les permaliens) ;
  3. Créez les pages habituelles (accueil, blog, mentions légales, contact…) ;
  4. Installez et configurez vos extensions favorites ;
  5. Installez et configurez les bases de votre thème.

Une fois que c’est fait, faites un clic droit sur le nom du site dans la liste et choisissez Save as Blueprint.

Enregistrer un Blueprint avec Local
Votre site est prêt à être réutilisé !

Il vous sera demandé quel nom vous voulez donner au modèle et quels types de fichiers vous souhaitez exclure. Laissez tel quel. Validez, votre modèle est prêt à l’emploi !

Lors de la prochaine installation d’un site, lors de l’étape 1, dans Advanced Options, choisissez votre Blueprint !

Choisir le Blueprint enregistré, lors de la prochaine installation d'un site WordPress sous Local
Votre blueprint est prêt à l’emploi !

Si après tout ça vous ne trouvez pas ça encore assez rapide, alors je ne peux plus rien pour vous.

Accéder à la base de données

Local ne propose pas PHPMyAdmin. mais à la place il propose Adminer et Sequel Pro que vous trouverez dans l’onglet Database . Le premier est un service déjà intégré au logiciel, qui ressemble à PHPMyAdmin en plus léger.

Si vous êtes sur Mac et que vous souhaitez un logiciel plus complet, vous pouvez télécharger Sequel, qui est pas trop mal fait, pour un logiciel de bases de données.

Le logiciel Sequel Pro permet d'interroger les bases de données des sites WordPress sous Local
Sequel Pro se marie bien avec Local pour gérer sa base MySQL

Vous pouvez télécharger gratuitement Sequel Pro sur le site officiel :

Une fois installé, il suffit de cliquer sur Sequel dans Local pour lancer automatiquement la connexion à la base. Pas besoin d’indiquer l’hôte et le mot de passe ! Pratique !

Changer le nom de domaine

Vous pouvez facilement changer le nom de domaine si besoin, Local s’occupe de tout : changer le domaine, changer les valeurs en base de donnée…

Pour cela cliquez sur le lien Change dans l’onglet Site Setup de votre site, juste après le domaine actuel.

Changer le nom de domaine d'un site
Trop facile !

Montrer votre site local à distance

C’est bien cool de travailler en local mais si je veux montrer le site à mon client ?

Local a la solution ! En fait il n’a rien inventé, il utilise juste une technologie qui s’appelle ngrok et l’intègre dans le logiciel. Il va créer un tunnel depuis votre ordinateur vers Internet, avec une adresse provisoire, et votre client pourra consulter le site tant que votre ordinateur n’est pas en veille.

En bas de la fenêtre de Local, cliquez sur Enable à côté de Live Link. Une adresse en .ngrok.io va apparaitre, précédée d’une suite hexadécimale.

Activer ngrok sur Local
Activer ngrok et obtenir une adresse en ligne

C’est cette adresse qu’il faut donner à votre client afin qu’il puisse consulter votre site local à distance !

SSL et e-mails en local

Ouais mais en local j’ai pas HTTPS et y’a pas les e-mails

Eh ben si ! Local vous permet de dire au navigateur de croire le certificat Open SSL local pour fonctionner en HTTPS. Pour cela rendez-vous dans l’onglet SSL et cliquez sur Trust.

Le SSL et les e-mails avec Local
Fais confiance à mon serveur local !

Enfin, vous pouvez aussi capter les e-mails envoyés par votre site (par exemple l’e-mail de réinitialisation de mot de passe) grâce à Mailhog, que vous trouverez dans l’onglet Utilities.

L'interface de Mailhog
MailHog a bien capté l’e-mail de demande de réinitialisation du mot de passe

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, l’e-mail n’est pas réellement envoyé au destinataire, il est juste capté et affiché par Mailhog mais n’ira pas plus loin. Pratique pour tester des fausses commandes, création de compte sans réellement envoyer les e-mails.

Architecture des dossiers

Local a une organisation un peu différente de ce que l’on a l’habitude de voir.

L'architecture des dossiers Local
L’organisation des dossiers de votre site Local

Les fichiers de et la racine du site se trouvent dans app/public . Notez également la présence du dossier logs qui stocke les différents logs d’erreur PHP, serveur… (on y reviendra dans quelques cours). On notera aussi la présence d’un dossier sql qui contient une version de la base de données originale.

Et si l’installation ne fonctionne pas ?

Parfois, l’installation de Local ne fonctionnera malheureusement pas. Il peut y avoir plusieurs raisons à cela :

  • La présence d’un firewall ou d’un antivirus qui bloque Local ;
  • Votre dossier utilisateur Windows possède un accent ;
  • Vous n’avez pas les droits administrateur sur votre machine ;
  • Un autre logiciel utilise déjà le port 80…

À éviter

Malheureusement, je vais rarement être en mesure de vous aider. Les causes de dysfonctionnement sont trop nombreuses pour que je les connaisse toutes.

Par contre, je vous invite à aller sur les forums officiels de Local afin de vérifier si l’erreur que vous rencontrez peut être résolue facilement :

Forums de support de Local

Vous trouverez très probablement de l’aide là-bas !


Vous voilà maintenant paré pour la suite ! L’installation de sites en local étant désormais une formalité, on peut continuer ! Dans le prochain cours on reviendra sur cette notion de Blueprint et je vous dévoilerai ma configuration idéale pour gagner du temps.  Ensuite nous allons tout de même voir comment installer avec MAMP en tant que solution alternative.

All the CMS Templates You Could Ask For.

WordPress: Installer WordPress avec Local (ex Local by Flywheel) • Formation WordPress Capitaine WP

2M+ items from the worlds largest marketplace for CMS TemplatesEnvato Market.

WordPress: Installer WordPress avec Local (ex Local by Flywheel) • Formation WordPress Capitaine WP

WordPress: Installer WordPress avec Local (ex Local by Flywheel) • Formation WordPress Capitaine WPWordPress: Installer WordPress avec Local (ex Local by Flywheel) • Formation WordPress Capitaine WP

#Installer # #avec #Local #Local #Flywheel #Formation # #Capitaine